JARDINAGE
Techniques de bouturage :
Comment bouturer les plantes ?
Les techniques de bouturage :
Quand bouturer ?

La période de bouture dépend de l'espèce choisie, du type de bouture et de l'utilisation voulue. Pour la plupart, les boutures sont plus réussies quand elles sont pratiquées en début de période de croissance de la plante (Voir quelques exemples ci-dessous).

Janvier :

Herbacées : armoise, chrysanthème.

Février :

Herbacées : acanthe, sauge, cassissier.

Mars :

Arbres : forsythia (juste après la floraison).
Herbacées : dahlia, géranium, lis, sauge.

Avril :

Arbres : fuchsia.
Herbacées : menthe, cassissier, osteospermum, phlox paniculé.

Mai :

Arbres : figuier.
Herbacées : aster, chèvrefeuille, hortensia, lavande, passiflore, sédum, lin, phlox paniculé.

Juin :

Arbres : cognassier, érable, ficus, grenadier, jasmin d'hiver, lilas, troène.
Herbacées : bégonia, chèvrefeuille, clématite, euphorbe, menthe, lavande, sauge.

Juillet :

Arbres : cornouiller, laurier, lilas, troène.
Herbacées : camélia, rosier, lavande, sauge.

Août :

Arbres : laurier sauce, laurier rose, lilas.
Herbacées : rosier (à l'étouffée), ciste, lavande, lavatère, menthe, sauge, verveine, bignone.

Septembre :

Arbres : sureau, magnolia, lagerstroemia, laurier tin, choisya, gattilier, houx.
Herbacées : géranium (pelargonium), romarin, rosier (à l'étouffée), sauge, verveine, phlox paniculé.

Octobre :

Arbres : buis, peuplier, troène, aulne, érable.
Herbacées : groseillier, framboisier, myrtille, rosier, vigne, vigne vierge.

Novembre :

Arbres : marronnier, peuplier, sureau, saule.
Herbacées : rosier, groseillier, hortensia, bignone, vigne.

Décembre :

Arbres : cornouiller, peuplier, sureau, troène, figuier (en intérieur à l'étouffée).
Herbacées : rosier, bignone, groseillier.

Diverses méthodes de bouturage :

Il existe diverses manières de bouturer les plantes et diverses époques propices. Selon les jardiniers, les régions, les climats, voire les espèces, des tours de mains différents seront mis en œuvre.

Plusieurs types de bouture :

La bouture herbacée : se pratique sur des plantes non ligneuses souvent en fin d'été.
La bouture sur bois tendre : se pratique sur les rameaux de l’année (encore verts) juste au moment où ils commencent à durcir.
La bouture aoûtée : se pratique sur rameaux aoûtés, donc à partir de la fin août et jusqu'à la fin de l’automne, voire au début du printemps.
La bouture à bois sec : se pratique sur rameaux dormant en hiver, notamment chez les arbres et arbustes à feuillage caduc.
La bouture à l’étouffée : elle se pratique à n’importe quelle période mais en mettant la bouture sous cloche de verre.
La bouture de feuille : se pratique avec une feuille de coleus, bégonia, kalanchoé, etc., que l’on pose face sur le substrat et dont on sectionne les nervures principales.
Bouturage à Bois Sec :
Bouturage à Bois Sec

Le Bouturage à Bois Sec est une technique qui, comme son nom l'indique, concerne les rameaux de bois très sec. Le bouturage à sec est pratiqué en fin d'automne et en hiver, après la chute du feuillage et avant la venue des nouvelles feuilles.

Quels végétaux sont concernés :

Le bouturage à bois sec concerne les arbres et les arbustes à feuillage caduc. Les arbustes fruitiers comme les cassissiers, les framboisiers et les groseilliers. Les arbustes ornementaux comme les forsythias. Les rosiers.

Prélèvement de la bouture :

Choisir des rameaux bien sains et vigoureux, de préférence sur le côté de l'arbre.
Couper le rameau avec un sécateur bien aiguisé afin de faire une taille nette et franche.
La coupe doit également être faite en biseau et de préférence au-dessus et au-dessous d'un oeil.
La bouture doit mesurer de 15 à 20 cm.
Eliminer les éventuels rameaux secondaires pour ne garder que le principal ; on doit obtenir comme un simple bout de bois.

Installation et entretien de la bouture :

Les boutures doivent être rassemblées en petits fagots, d'une douzaine au maximum, ficelées avec du raphia.
Préparer un emplacement, de préférence au pied d'un mur exposé au nord, dans le jardin pour les mettre en jauge.
Pour cela faire une petite tranchée et la remplir de sable.
Installer les fagots de boutures dans la tranchée en les inclinant légèrement.
Les boutures doivent être enterrées aux trois-quarts.
Elles restent ainsi en place pendant tout l'hiver.
Selon les espèces végétales, les racines se forment ou pas pendant la période de mise en jauge.
A la sortie de l'hiver, vers la mi-mars, il est temps de passer au repiquage et d'installer les boutures dans des pots individuels.

Mise en pot des boutures :

Préparer des pots individuels en déposant dans le fond un lit de gravillons, puis un mélange de terre de jardin, de terreau et de sable.
Séparer les boutures qui sont mises en fagots en faisant bien attention, si certaines ont développé des racines, à ne pas les abîmer.
Si le chevelu de racines est désordonné, le recouper un peu pour égaliser le tout.
Mettre la bouture dans le pot, en l'enterrant d'environ la moitié.
Arroser régulièrement pour maintenir la terre légèrement humide.
Les pots sont à installer en pépinière, en serre froide. Dans un emplacement lumineux, mais sans soleil direct qui les assécherait trop.
La mise en place, en pleine terre et à l'emplacement définitif, s'effectue à l'automne.

Trucs et astuces :

Une astuce consiste, sauf pour les arbres et arbustes à floraison printanière, à utiliser les résidus de taille automnale pour faire des boutures.

Bouturage à l'étouffée :
Bouturage à l'étouffée
Le Bouturage à l'étouffée n'est pas une technique de bouturage en soi, mais une méthode qui peut s'appliquer à plusieurs types de bouturage. Le bouturage à l'étouffée consiste à créer une atmosphère confinée, un effet de serre, pour garder une humidité constante et éviter le dessèchement des boutures et de la terre. Il est praticable toute l'année.

Quels végétaux sont concernés :

Cette méthode peut s'appliquer à bon nombre de bouturages comme les bouturages de feuilles, de tige, de tête, dans l'eau, de racines, à talon…

Mise en pratique :

L'installation des boutures se pratique selon la méthode choisie et l'espèce végétale.
Lorsque la bouture est en place, il convient de "l'enfermer', et pour cela il y a plusieurs possibilités.
La seule condition indispensable est que ce qui recouvre la bouture doit être obligatoirement être transparent pour laisser passer la lumière.

Il est possible d'utiliser :
- Une cloche de jardinage du type de celle qui sert aux salades.
- Une bouteille en plastique coupée en deux, la partie à ne pas utiliser étant celle qui intègre le goulot.
- Un sac en plastique, type sac de congélation. Pour le maintenir installer des tuteurs autour du pot ou des arceaux, et le fixer avec du raphia.

Le bouturage à l'étouffée présente l'avantage de conserver un taux d'humidité optimum proche des 100%. Mais cet avantage représente également le plus grand inconvénient de cette méthode car une forte humidité amène des moisissures et ou des pourritures. Pour pallier à ce problème, il est indispensable d'aérer les boutures tous les deux jours au minimum.

Bouturage à Talon :

Le Bouturage à Talon est souvent appelé Bouturage à Crossette. Si la méthode du bouturage à talon est simple, elle nécessite quand même un peu plus de soins et de surveillance que le bouturage classique de tige. La meilleure période est à partir du mois de novembre, après la chute des feuilles pour les arbres caduques.

Quels végétaux sont concernés :

Le bouturage à talon concerne principalement les arbres, les arbustes. Tous les conifères. Les arbres fruitiers comme les figuiers, les oliviers et la vigne. Les arbres et arbustes ornementaux comme les cistes, les seringats, les sureaux. Cette méthode est également souvent utilisée pour multiplier les rosiers en remplacement du greffage qui n'est pas toujours facile à réaliser et à réussir.

Prélèvement de la bouture :

Choisir un rameau latéral bien sain et vigoureux.
Le rameau ne doit pas être trop gros
C'est également intéressant d'en choisir un qui présente un renflement, c'est signe qu'il contient des réserves nutritives importantes.
Couper ce rameau en conservant une petite partie de la branche dans laquelle il est inséré. Cette partie est un morceau d'écorce ou un petit talon (d'où le nom du bouturage), de 1 à 2 cm.
Utiliser un couteau bien affûté pour faire une coupe nette et franche.
En fait la bouture prélevée doit avoir une forme de T.
Recouper la bouture afin d'obtenir un tronçon de 15 cm environ.
Pour prélever une bouture sur les conifères, ne pas couper le rameau mais l'arracher en tirant doucement, mais avec quand même délicatesse.
En arrachant le rameau on récupère une petite languette d'écorce de la branche principale, ce qui est suffisant.
Eliminer les feuilles qui sont présentes sur la moitié inférieure de la bouture.
Si les feuilles restantes sont grandes (plus de 3 centimètres), en supprimer la moitié.

Installation et entretien de la bouture :

Le substrat, qui doit être assez poreux peut être constitué, à parts égales, de terreau ou de terre de jardin et de sable grossier ou de perlite.
Il est également possible d'employer du terreau pour semis et repiquage.
S'il est possible de tremper la base de la bouture dans une hormone de bouturage, ce n'est absolument pas indispensable, car la reprise et l'enracinement avec cette méthode se font facilement.
Installer les boutures verticalement dans la terre en les enterrant d'environ la moitié (la partie sans feuille).
Le talon doit être bien recouvert de substrat.
Les pots peuvent être installés en extérieur ou en serre froide, selon les conditions climatiques car il faut une température hors gel.
Une exposition abritée des courants d'air est également recommandée.
Maintenir la terre humide mais sans excès et sans jamais la détremper.
L'enracinement est généralement assez long, il faut compter une bonne dizaine de mois.
Lorsque la reprise est significative, avec l'apparition de pousses et/ou de bourgeons, le rempotage ou la mise en terre peuvent être effectués.
Le végétal est ensuite à traiter comme un adulte.

Bouturage dans l'eau :
Bouturage à l'eau

Le Bouturage dans l'eau est une des méthodes de multiplication végétative les plus connues. Bien qu'il puisse être effectué toute l'année, la période optimale du bouturage à l'eau est entre le mois d'avril et le mois de septembre. Même si le résultat de cette technique est parfois aléatoire, le bouturage dans l'eau est très simple et amusant à faire avec des enfants.

Quels végétaux sont concernés :

De nombreuses plantes d'intérieur ou d'extérieur peuvent se bouturer dans l'eau, la liste ci-dessous est loin d'être exhaustive. Les plantes d'intérieur comme les dieffenbachias, les dragonniers, les misères, les papyrus. Les plantes d'extérieur comme les cannes de Provence, les fuchsias, les pélargoniums. Les grimpantes comme les bignones, les lierres. Les herbes aromatique comme la menthe Les arbustes comme les Lauriers-roses.

Prélèvement de la bouture :

Sélectionner une pousse saine et bien vigoureuse, de préférence sans fleur.
La tige doit être herbacée et tendre car si le bois est formé les racines auront plus de mal à apparaître.
A l'aide d'un couteau bien aiguisé couper, en biseau une portion de cette pousse sur une longueur de 10 à 15 centimètres.
La coupe doit être effectuée sous un noeud, car c'est à partir de celui-ci que les racines vont sortir.
Enlever les feuilles, qui sont situées à la base, sur environ la moitié de la hauteur.
Si les feuilles restantes sont grandes (plus de 3 centimètres), en supprimer la moitié. Cette astuce permet de limiter l'évaporation.

Installation et entretien de la bouture :

Prendre un récipient, transparent de préférence, comme un verre ou un bocal, pour laisser passer la lumière et pouvoir surveiller facilement le développement des racines.
Il doit être bien nettoyé et désinfecté pour ne pas risquer de transmettre des maladies à la bouture.
Mettre un peu morceau de charbon de bois dans le fond du récipient pour éviter la pourriture de l'eau.
Mettre la bouture et verser de l'eau sur une hauteur de 4 à 5 cm, ce qui correspond à la portion de tige qui est sans feuilles.
Utiliser de l'eau non calcaire, de pluie de préférence.
Contrôler régulièrement le niveau de l'eau et la changer entièrement si elle devient trouble. En général, un changement tous les 10 jours est préconisé.
L'installer ensuite dans un endroit lumineux.

Repiquage de la bouture enracinée :

Surveiller le développement des racines, qui font se former dans l'eau.
Il faut attendre qu'elles mesurent environ 2 ou 3 cm avant de mettre la bouture en terre.
Mais attention, il ne faut pas trop attendre non plus car des racines trop longues réduisent les possibilités d'enracinement.
Le temps d'enracinement dépend de l'espèce végétale.
Préparer des godets individuels et les remplir de terreau pour semis et repiquage.
Attention en installant les boutures car les petites racines sont très fragiles.
Ne pas trop tasser le terreau.
Une fois mise en terre, la bouture est à traiter comme une plante adulte.

Trucs et astuces :

Attention à toujours bien prélever les boutures avec un outil désinfecté à l'alcool pour ne pas transmettre de parasites et/ou de maladies.
Faire bien attention à ce que toute la partie immergée ne présente pas de feuilles
Si les tiges sont très souples, elles ont parfois du mal à être stable dans le verre d'eau pour ne pas tomber ou ne pas le faire basculer.
L'astuce consiste à installer un petit tuteur. Pour cela, scotcher un petit morceau de bois, style baguette chinoise, sur le verre.
Mettre la bouture et, à l'aide d'un morceau de raphia, la maintenir à la baguette délicatement sans serrer pour ne pas la meurtrir.
Pour les personnes qui pratiquent le jardinage avec la lune, les bouturages se pratiquent en lune descendante. (Voir phase de lune en bas de cette page.)

Bouturage de Feuille :
Bouturage de Feuille

Le Bouturage de Feuille est une technique fréquente. Le bouturage de feuilles est simple à réaliser. Certaines plantes ont en effet des feuilles qui renferment une bonne quantité d'eau et de réserves nutritives. De ce fait une feuille, entière ou non, peut donner naissance à une nouvelle plante car les racines partiront de la nervure. Il se pratique au printemps et en été pendant la pleine période de végétation.

Quels végétaux sont concernés :

Ce sont des végétaux qui ont des feuilles charnues, renfermant de l'eau et des nutriments. Les plantes succulentes comme les crassulas, les kalanchoés. Les plantes ornementales à fleurs comme les bégonias, gloxinias et les saint-paulias.

Prélèvement de la bouture :

Pour ce type de bouturage on peut employer une feuille entière ou une portion de feuille.
Choisir une plante bien saine et exempte de maladies et ou de parasites.
Couper bien nettement, avec une lame affûtée, une feuille située sur l'extérieur de la plante.
Pour le bouturage d'une portion de feuille, recouper la feuille prélevée en petits carrés d'environ 1 cm de côté.
Il est important de bien contrôler que chaque portion contienne une partie de la nervure principale et centrale de la feuille, avec également une petite fourche créée par le départ d'une nervure secondaire de côté.
Les feuilles doivent être "plantées" rapidement après le prélèvement pour qu'elles ne risquent pas de perdre leur eau.
La seule exception est pour les plantes grasses puisqu'il faut laisser les feuilles sécher, à l'air libre, pendant 2 ou 3 jours, jusqu'à la formation d'une sorte de cal.

Installation et entretien de la bouture :

Préparer des terrines ou des pots contenant un mélange, à parts égales, de terreau et de sable ou du terreau pour semis et repiquage.
Les plantes grasses peuvent être mises uniquement dans du sable, à condition qu'il soit fin.
Déposer dans le fond une couche de gravillons pour assurer un bon drainage et limiter les risques de pourriture.
Planter les feuilles entières ou les portions verticalement, de sorte que la base de la nervure principale soit dans la terre.
Maintenir la terre toujours humide, mais sans jamais la détremper. Un bassinage régulier est recommandé ainsi que des vaporisations.
Installer les boutures dans un endroit lumineux, mais jamais au soleil direct qui les brûlerait et les assécherait. La température ne doit pas être inférieure à 18°C.
L'enracinement est assez rapide, il faut compter en règle générale 6 ou 7 semaines pour voir apparaître les plantules.
Lorsqu'elles ont trois ou quatre feuilles, le rempotage en pot individuel peut être fait et la plante est à considérer comme une adulte.

Les problèmes qui peuvent survenir :

Les boutures semblent baisser la tête et ou se flétrir : l'humidité est insuffisante, faire des vaporisations plus fréquentes.

trucs et astuces :

Pour éviter les maladies cryptogamiques, relativement fréquentes avec ce type de bouturage, l'astuce consiste à saupoudrer le dessus de la terre avec du charbon de bois écrasé.

Bouturage de Racine :

Le Bouturage de Racine est une technique simple a réaliser avec un bon taux de réussite. Le bouturage de racine est principalement pratiqué en hiver, qui est la période de repos des végétaux, afin de perturbé le moins possible la plante mère sur laquelle la racine est prélevée. Au printemps de belles pousses apparaissent.

Quels végétaux sont concernés :

Le bouturage de racine concerne les végétaux qui émettent des rejets à partir de leurs racines du fait que leurs racines renferment une bonne quantité de nutriments. Les vivaces comme les acanthes, les anémones de Caen, les crambés maritimes, les gaillardes, les phloxs, les pivoines. Les arbustes à drageons comme les céanothes, les corètes du Japon, les framboisiers, les lilas.

Prélèvement de la bouture :

Dégager délicatement la plante mère pour accéder aux racines.
Le plus efficace, en cas de plante vivace, est d'utiliser une fourche-bêche pour sortir entièrement la plante mère de la terre.
Pour prélever une bouture sur un arbuste, dégager simplement un côté de l'arbuste jusqu'à accéder à des racines.
Attention à ne pas casser les grosses racines.
Choisir une racine de taille moyenne, d'un diamètre équivalent à environ un stylo, bien saine.
La couper avec un sécateur en faisant attention de faire une coupe bien nette et franche afin de ne pas abîmer le pied mère.
Si la racine possède des petites radicelles, les laisser car elles favoriseront la reprise.
Pour les prélèvement des racines d'arbustes, penser à repérer le sens de la racine, c'est important pour le repiquage.
Une astuce consiste à recouper la partie supérieure de la racine bien droite et la partie inférieure (celle qui allait le plus profondément dans la terre), qui sera mise dans la terre, en biais.
Dès le prélèvement de la racine remettre la plante de suite en place, en tassant bien la terre autour du pied pour qu'elle soit le moins possible stressé,e et que ses racines ne se dessèchent pas à l'air libre.
Recoupez, toujours avec un sécateur, des tronçons de 5 à 10 cm dans cette racine.

Installation et entretien de la bouture :

Préparer des terrines ou des pots avec un mélange de terre de jardin, de terreau et de sable ou de terreau pour semis et repiquage.
Pour assurer un bon drainage et éviter les pourritures, installer un lit de gravillons dans le fond du contenant.
Il est déconseillé d'utiliser de l'hormone de bouturage, car les pousses se développeraient rapidement mais en petite taille et au détriment des racines.
Installer les tronçons de racines, prélevées sur les plantes vivaces, en les couchant horizontalement sur la terre, préalablement humidifiée, en les enfonçant légèrement.
Ils ne doivent pas être entièrement recouverts de terre car, pour donner naissance à des bourgeons, les racines ont besoin de lumière.
Pour les tronçons de racines prélevés sur des arbustes, il est conseillé d'enfoncer, la partie inférieure de la racine, verticalement en laissant dépasser un ou deux centimètres hors de la terre.
Les pots doivent être installés dans un endroit lumineux mais ombragé sans soleil direct.
Vaporiser régulièrement de l'eau, pour maintenir la terre humide.
Une bonne humidité est indispensable pour les racines car elles sont très sensibles au dessèchement.
Mais attention, il ne faut pas les noyer car elles risqueraient alors de pourrir rapidement.
Selon les espèces la reprise est plus ou moins rapide mais demande toujours plusieurs semaines voire des mois.
Au bout de quelques temps des pousses apparaissent sur les racines.
Pour les récupérer, il suffit de tronçonner les racines et de rempoter individuellement.

Bouturage de Tête :

Le Bouturage de Tête est une technique classique et traditionnelle du bouturage. Le bouturage de tête est nommé ainsi du fait que l'on prélève l'extrémité supérieure, la tête, d'un rameau, d'une tige. Simple à réaliser, il a également un bon taux de réussite.

Quels végétaux sont concernés :

Cette méthode est bien adaptée pour les végétaux qui ont des tiges gorgées d'eau. Les plantes d'intérieur comme les caoutchouc, les misères. De nombreuses vivaces et plantes d'extérieur comme les aubriètes, les chrysanthèmes, les coléus, les verveines des jardins. Des arbustes comme les Lauriers-roses

Prélèvement de la bouture :

Sélectionner une pousse saine et bien vigoureuse, feuillue mais sans fleurs.
A l'aide d'un couteau bien aiguisé, couper en biseau une portion de cette pousse, sur une longueur de 8 à 10 centimètres.
Le rameau doit être coupé sous un noeud, car c'est à cet endroit que les racines vont surgir.
Enlever les feuilles qui sont situées à la base sur environ la moitié de la hauteur.
Si les feuilles restantes sont grandes (plus de 3 centimètres), en supprimer la moitié.

Installation et entretien de la bouture :

Plonger le bas de la bouture dans de l'hormone de bouturage.
Si cette étape n'est pas indispensable, elle favorise bien l'enracinement.
En cas de plusieurs boutures, préférer des contenants individuels pour éviter la propagation des maladies.
Installer la bouture dans un mélange, à parts égales de terreau et de sable ou du terreau pour semis et repiquage.
Du fait que ces boutures sont feuillues, elles ont besoin d'une exposition bien lumineuse en évitant le plein soleil.
Les arrosages doivent être bien réguliers, mais sans excès du fait que la plupart des plantes concernées par ce type de bouture se gorgent assez rapidement d'eau.
La terre doit s'assécher très légèrement entre deux apports d'eau.
Le temps d'enracinement dépend du type de végétaux ; le rempotage est à effectuer lorsque la bouture a bien commencé à se développer et à former des bourgeons.

Les problèmes qui peuvent survenir :

Les boutures de tête sont assez sensibles aux maladies, tant que l'enracinement n'est pas bien effectué. Contrôler régulièrement et éliminer sans hésiter celles qui sont en mauvais états pour ne pas contaminer les autres.

Trucs et astuces :

Les boutures de tête se plaisent particulièrement bien dans des mini-serres chauffantes.

JARDINER AVEC LA LUNE :

Phase lunaire : Lune gibbeuse croissante
Elle est en phase : montante
Pourcentage visible : 90 %
Age : 11.7 jour(s)
Distance lune terre : 403020 kms
Prochaine pleine lune :
jeudi 23/05/2024
Prochaine nouvelle lune :
jeudi 06/06/2024


Fiches plantes de A à Z...

A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  Z